Mardi, 20 / 02 / 2018
 
 

Les amis d'Aurélien se sont retrouvés dimanche 4 et lundi 5 février 2018.
A Meyzieu, pour ceux qui le pouvaient. Par la pensée, pour beaucoup d'autres en France et en Italie.
A l'occasion des 10 ans de sa disparition, certains ont souhaité témoigner par écrit du souvenir vivant de la mémoire de notre Aurélien.
Nous avons rassemblé ici l'ensemble de ces textes.

Puissent ces textes pleins de ferveur

Vous mettre un peu de baume au cœur

Et montrer que face à cette douleur

Nous sommes tous frères et sœurs

 

Ivana (traduit de l’italien)
Cher Aurélien,
Déjà 10 ans se sont écoulés depuis ce jour où, par une brutale et triste tragédie, tu as été séparé de nous et de nos vies, pour toujours. Le souvenir du téléphone qui sonne ce matin-là, des cris de mes parents alors qu’ils m’annonçaient la triste nouvelle hantent durement et régulièrement mon esprit. Depuis ce jour, je suis tellement en colère contre Dieu. Tu sais comment ma foi est grande, et tu connais combien je crois au Seigneur. Nous avions longuement discuté à ce sujet. Mais après ta disparition, j’ai eu beaucoup de mal à rester calme et me faire à l’idée que tu étais serein, quelque part, éloigné de nous, entre les anges et les saints, parce que ta vie avait pris fin à seulement vingt ans.
Puis, tes parents et tes frères, ont fait ici – en Sicile, à Mazzara - quelque chose d’unique et de spécial, quelque chose qui nous permet de rester unis à toi, davantage que par le souvenir et presque charnellement : « Chez Aurélien » !  Ta maison, notre maison, lieu de mémoire et d’union familiale. Cette famille qui était si importante pour toi, tu as voulu la garder près de toi et par le pouvoir qu’ont seuls les anges tu es ainsi resté comme connecté à nous tous, même si nous autres ne nous voyons pas très souvent et bien que nous ne te voyons plus.
« Chez Aurélien », ma douleur et mon chagrin ne diminuent pas mais j’ai réussi à les dominer d’une certaine manière. Chaque fois que tu me manques, je vais là-bas, dans ta maison, j’ouvre la porte, je laisse entrer la lumière du soleil, et je pense alors que c’est toi-même qui es dans l’air et qui entre dans la maison. En toutes choses que je fais, quand je range ou que je lave ou met en place, je fais en sorte que tout soit parfait pour quand viennent ton père et ta mère, tes frères ou tes amis. Parfois, je le fais juste pour moi, pour me sentir près de toi, et du beau sourire du garçon doux et sensible que tu étais.
Je sais bien que je ne peux pas voir ton visage, mais je remercie Jésus de tout mon cœur parce qu’il m’a donné la chance de te connaître et de pouvoir garder tant de souvenirs des jours heureux et insouciants passés ensemble.  T'avoir perdu a été quelque chose d’horrible, mais t'avoir eu dans nos vies est une grâce immense, que le bon Dieu a donné à nous tous, c'est un cadeau précieux que nous devons garder dans nos cœurs jalousement et entretenir, parce que tout en toi, mon cher Aurélien n’est que douceur, bonté, et joie de vivre.
Merci pour tout ce que tu m’as donné quand tu étais parmi nous et merci pour tout ce que tu m’apportes encore aujourd'hui et continueras à m’apporter pour toujours. Puissions-nous tous et toutes et en premier lieu ta maman et ton papa avoir tous près de nous un splendide ange pour qu’ainsi tu nous accompagnes pour toujours ! Pour toujours, je t’aime Aurélien. SALUT et jamais adieu !
PS. Je veux m’excuser de ne pas avoir pu écrire en français, mais je suis sûre que mon cousin François saura traduire mon hommage à notre cher Aurélien. Je vous embrasse tous bien fort.

Janine et François
Aurélien, le 9 juillet 2017, tu aurais fait la fête avec tes potes pour tes 30 ans. Tu aurais peut-être pris une petite ride et perdu quelques cheveux ou pas, puisque il y a 10 ans tu prenais déjà soin de ta chevelure pour ne pas devenir comme moi. Tu serais encore jeune et beau.
"Bello" c’est le premier mot italien que tu as compris. Du haut de tes 3 ans, quand les italiennes disaient sur ton passage "Che Bello", tu te retournais vers nous et disais "vous avez entendu ; elles ont dit Bello et bien ça veut dire que je suis beau".
Tu écouterais le nouvel album de Mc Solaar.
Avec Olivier, lors des repas de famille, vous joueriez les passages des derniers films qui vous auraient fait rire, et Noémie dirait "je ne sais pas lequel est le plus gamin des deux".
Tu viendrais à la maison manger des andouillettes au vin blanc en disant "je vais me faire péter le ventre".
Un jour, alors que tu avais tout juste7 ans, j’affirmai avoir manqué ma vocation de chanteur lyrique. Tu rétorquais gravement «eh bien moi je ne la louperai pas ma vocation". Tu serais rentré dans la police pour être au service des autres comme tu nous l'avais affirmé, et aujourd'hui tu serais fier d’être motard.
Tu serais toujours déterminé, généreux, impulsif, sensible et d'un grand soutien
pour nous, ta famille et tes amis, pour les plus jeunes et les moins jeunes.
Comme l'a écrit Marie Luce, qui ne peut être présente :" Aurélien est toujours dans nos cœurs, un endroit où l'on ne meurt jamais ".
Et toi, « Est ce que tu m'entends? Est-ce que tu me vois ?
Qu'est-ce que tu dirais, toi, si t'étais là ?
Qu'est-ce que tu ferais, toi, si t'étais là ? »
Et moi, Ce dont je suis sûr, c’est que nous nous sommes aimés très fort pendant 20 ans.

Franck
Vous allez reconnaître les paroles de cette chanson. Celui qui l'a écrite pense alors à un être cher qui venait de disparaître accidentellement.
Je l'ai choisie parce qu'elle traduit bien mon état d'esprit et peut être le vôtre, dix ans après le décès d'Aurélien.
Evidemment, il y a comme un goût amer en nous, comme un goût de poussière dans tout et la colère qui nous suit partout.
Il y a des silences qui disent beaucoup, beaucoup plus que tous les mots qu'on avoue, et toutes ces questions qui ne tiennent pas debout, évidemment
Alors évidemment, on danse encore sur les accords qu'on aimait tant, évidemment
A quoi ça sert de courir partout ? On garde tous cette blessure en nous comme une éclaboussure de boue qui n'change rien, et qui en même temps change tout, évidemment.
Alors évidemment, on danse encore sur les accords qu'on aimait tant, évidemment
Évidemment, on rit encore, pour des bêtises, et comme des enfants, mais pas comme avant, pas comme avant. Evidemment.

Aurélien V.
(…)
10 ans déjà...j'étais avec Vivien hier et on évoquait quelques souvenirs passés avec Aurélien....Comme si c'était hier !
Il n'était pas du genre à rester inactif dans des situations difficiles. Il avait cette force de caractère. Il était prêt à aider son prochain (même des inconnus), là où on aurait été nombreux à rester indifférent. Comme cette fois-là à Miribel où des jeunes en Golf ont perdu le contrôle du véhicule et ont fait une sortie de route.
Ce n’était pas un gros accrochage mais il avait voulu qu'on s'arrête pour porter assistance. Heureusement rien de mal, juste de la tôle froissée.
Je ne devrai pas être sur Lyon les 4 et 5 février malheureusement.
Mais comme chaque année, je passerai au cimetière me recueillir quelques jours avant ou après.
Je vous embrasse. Bien amicalement.
Aurélien Virgone

Aïda
Cher Aurélien,
Déjà dix ans que tu nous as quitté.
Tu es arrivé chez moi à l’âge de 3 ans, tu as fait partie de ma vie et celle de ma famille. J’ai gardé plein de souvenirs dans mon coeur, tu étais un enfant très intelligent, très sensible, joyeux, adorable et quand tu pleurais tu devenais tout rouge avec tes yeux bleus. On ne peut pas oublier tous ces moments.
Tu aimais beaucoup la cuisine libanaise. Ces moments partagés avec toi sont gravés dans mon coeur et la dernière fois que nous nous sommes vus en cette dernière semaine du mois de janvier 2008, tu es venu me voir avec ta maman pour me souhaiter la bonne année.
Qui aurait dit que je te voyais pour la dernière fois ... je t’avais souhaité plein de bonnes choses dans ta vie.
Je penserai toujours à toi et je ne t’oublierai jamais. Mais Dieu t’a aimé plus que nous. Tu es un ange au ciel parmi les anges.
Jésus a dit : “les morts en Christ ressusciteront”. Tu es entre de bonnes mains, que ton âme repose en paix – je t’aime Aurélien.
Ont suivi deux prières : “Notre père qui êtes aux cieux” et “Je vous salue Marie”

Christiane
Aurélien (Lolio c’était le nom que je t’ai toujours donné en secret quand je pense à toi)
Dix années se sont écoulées, mais tu restes toujours aussi présent dans nos mémoires et dans nos cœurs.
Chacun à sa façon a surmonté sa peine, certains ont besoin de te faire vivre parmi eux et parlent de toi, d’autres restent secrètement en communion avec toi au fond de leur cœur. Mais ce qui est sûr, c’est que personne ne t’a oublié. Tu restes et resteras présent malgré le temps qui passe.
Aujourd’hui tous tes proches, famille et amis sont réunis en ton souvenir.
C’est un moment agréable de partage, de chaleur, tout comme la maison en Sicile (ta maison) où il fait toujours bon s’y retrouver.
C’est pourquoi aujourd’hui plus particulièrement, Aurélien, où que tu sois si tu m’entends je te remercie pour tout ce que tu nous as apporté et t’envoies de très très affectueuses pensées. Bisous.

Carmelo
Salut François, salut Janine,
Maria et mes enfants nous ne pouvons être présents physiquement, mais nous serons là avec nos cœurs, près de vous, et nous nous souviendrons du beau jeune homme qu’étais Aurélien, bon comme le soleil.
Nous avons sa photo dans le salon de notre maison et ce jour-là nous le saluerons avec un immense baiser et nous lui offrirons des fleurs fraiches.
Salutations les plus chères !!

Gabriella
Aujourd'hui, même éloignés de vous, nous sommes unis à vous par le cœur, la pensée et l'âme, autour d’une personne unique... Aurélien ! Avec ses sourires, sa bonté, son altruisme et sa sympathie, il réussissait à se faire tout de suite aimer !
Quelque fois la vie est cruelle et nous enlève des gens importants, laissant un gout amer en bouche et beaucoup de souvenirs précieux à chérir au plus profond du cœur ! Il vivra pour l'éternité dans mes pensées et dans mon cœur comme un trésor précieux à garder pour toujours !
Il vivra toujours à travers ceux qui ont eu le privilège de le connaître et l’aimer !
Nous sommes affectueusement près de vous.
Nous vous aimons.

Mimma
Bonjour très chers François et Jeannine
Aujourd’hui, c’est pour vous comme pour nous un triste souvenir.
Nous sommes vraiment désolés de ne pas pouvoir être présents, mais nous vous assurons que nous le sommes également par le cœur et par la pensée.
Nous savons qu'Aurélien était catholique et c’est pour cela que nous le confions à Nostra Madonna dell’Assunta qui le prendra sûrement dans ses bras.
C’est difficile d’aller de l’avant, mais lui de là-haut vous aime immensément, vous guide et priera surement pour tous.
Un très cher baiser de nous tous à vous tous.
À bientôt
Mimma


Hervé et Nicole
En ce jour anniversaire nous pensons très fort à vous.
Déjà 10 ans, Aurélien ne nous a pas quittés.
Que de bons souvenirs :
"Les Luluches"  - Janine  je pense que tu vas sourire.
Sa passion partagée avec Hervé.
Ce couple agréable qu'il formait avec Marine.
Tous ces petits moments partagés avec nous dans la bonne humeur.
Nous ne saluerons jamais assez votre courage à tous les deux.
De tout cœur avec vous.

Marine S.
Une énorme pensée pour Janine et toi ainsi que tous vos proches !
Je n’ai jamais oublié Aurélien depuis toutes ces années et j’espère qu’il veille sur nous tous là où il est.
Je vous embrasse fort

Julie
Bonjour à tous,
C'est avec beaucoup de tristesse que je n'ai pas pu venir avec vous cette année rendre hommage à Aurélien.
J'ai beaucoup pensé à lui aujourd'hui, à Jeannine et François et toute votre famille.
Ma maman Josiane, mon mari Christophe se joignent à moi pour vous témoigner toute notre tendresse.
De grosses bises à tous,
Julie

Ivana (texte original en italien)
Caro Aurelien, sono trascorsi già 10 lunghi anni da quel giorno in cui, una brutta e triste tragedia, ti ha strappato per sempre da noi, dalle nostre vite. Il ricordo del telefono che squilla nella mattinata, improvvisamente, e il pianto di mia mamma e mio papà che parte ininterrotto, e non si riesce a placare, mentre mi annunciano la tua triste dipartita, sono sempre davanti ai miei occhi e nella mia mente, e sono momenti così duri e opprimenti. Per tanto tanto tempo, sono stata arrabbiatissima con il buon Dio, tu sai bene che io sono una persona che ha molta fede e crede nel Signore, abbiamo fatto lunghe chiacchierata su questo, ma dopo il tuo addio, non riuscivo mai a stare calma, a pensare che tu stavi bene ed eri sereno, in un posto lontano da noi, tra gli Angeli e i Santi, ed io dovevo accettare l'idea che la tua vita si era conclusa a soli 20 anni.
Ad un certo punto però, i tuoi genitori, e i tuoi fratelli, hanno fatto qui da noi, qualcosa di unico e speciale, proprio come lo eri tu, qualcosa che ci tiene per sempre più uniti a te, con il corpo e non solo con i ricordi: "Chez Aurelién"! La tua casa, la nostra casa, la casa della memoria, dell'unione familiare, della nostra famiglia. Questa famiglia così grande, che tu hai voluto tenere stretta a te e hai avuto il potere, come un angelo, di mantenere legata, anche se tra di noi non ci vediamo spesso e anche se non vediamo più te.
Da quando c'è "Chez Aurelién", il dolore e la tristezza per la tua perdita non sono diminuiti per me, ma sono riuscita ad affrontarli in un altro modo. Ogni volta che mi manchi, io vado li, entro in casa, apro le porte, faccio entrare la luce del sole e sento che in quella luce ci sei tu, ci sei nell'aria che entra in casa, e in tutte le cose che faccio li, riordinare, pulire, controllare, così m'impegno a rendere tutto perfetto per quando arrivano tua mamma e  tuo papà, o i tuoi fratelli o i tuoi amici, ma certe volte lo faccio anche solo per me, per concedermi una coccola che mi tiene vicina a te, a quel tuo splendido sorriso, da ragazzo dolce e sensibile com'eri tu.
Lo so benissimo che non potrò più vedere il tuo volto, ma io sento con tutto il cuore di volere ringraziare Gesù perché mi ha dato la fortuna di averti conosciuto e di avere tanti ricordi di giorni felici e spensierati trascorsi insieme. Averti perso è stato qualcosa di orribile, ma averti avuto nelle nostre vite, è una grazia immensa, che il buon Gesù ha donato a tutti noi, è un dono prezioso che tutti noi dobbiamo custodire gelosamente nei nostri cuori e mantenere vivo sempre, perché in ogni cosa che parte da te, mio caro Aurelién, c'è dolcezza, c'è bontà, c'è gioia di vivere.
Grazie per tutto quello che mi hai donato quando sei stato tra noi e grazie per tutto quello che mi doni ancora oggi e sempre mi donerai. La tua mamma e il tuo papà in modo particolare, e in seguito tutti noi, abbiamo  uno splendido angelo che ci accompagna sempre! Ti voglio bene Aurelién per sempre CIAO e mai addio!
P.s. Voglio scusarmi con tutti se non sono capace di scrivere in francese, ma sono sicura che mio cugino Francois, saprà tradurre al meglio il mio omaggio al caro Aurelién. A voi tutti il mio abbraccio.

Carmelo (texte original en italien)
Ciao Francois...Ciao Janine....Io, Maria ed i miei figli non possiamo essere presenti fisicamente, ma col cuore saremo lì, vicino a voi ed insieme ricorderemo Aurelio, un giovane bello e buono come il sole....Abbiamo la sua foto nel soggiorno di casa nostra ed in quel giorno lo saluteremo con un bacio e gli metteremo dei fiori freschi....Cari saluti !!

Gabriella (texte original en italien)
Oggi, seppur lontani, tutti noi siamo uniti con il cuore, con il pensiero e con l'anima, intorno ad un'unica persona speciale... Aurelio! Lui che con i suoi sorrisi, la sua bontà, il suo altruismo e la sua simpatia, riusciva a farsi amare subito! Purtroppo alle volte la vita è crudele e ci strappa via delle persone importanti, lasciando l'amaro in bocca e tanti ricordi preziosi da custodire nell'angolo più profondo del cuore! Uno di questi ricordi, senza dubbio, è lui... Il mio francesino Aurelien, che vivrà per l'eterno nei miei pensieri e nel mio cuore, come un tesoro prezioso da tenere sempre ben custodito! Lui vivrà sempre dentro coloro che hanno avuto il privilegio di conoscerlo ed amarlo! Vi siamo vicini con affetto... Vi vogliamo bene!

Mimma (texte original en italien)
Buongiorno carissimi Francois e Jeannine, oggi è per Voi un triste ricordo di Aurélien così come per noi: Ci spiace tantissimo non poter essere presenti, ma vi assicuriamo che lo siamo ugualmente con il cuore e con la mente, sappiamo che Aurelien era cattolico ed è per questo che lo affidiamo alla Nostra Madonna dell'Assunta che sicuramente lo terrà fra le sue braccia.
E' difficile andare avanti, ma lui da lassù vi ama immensamente e vi guida e sicuramente pregherà per tutti. Un carissimo abbraccio da tutti noi per tutti. A presto Mimma